Accueil > FAQ

Réponses aux questions fréquemment posées

Point essentiel : suite à la préparation de votre entretien, vous avez en tête la fiche de poste ; vous connaissez votre parcours sur le bout des doigts (dates, entreprises, missions, postes, etc…) et vous avez préparé vos arguments.

Vous avez également fait des recherches sur l’entreprise que vous allez rencontrer et plus particulièrement sur sa politique d’emploi de personnes reconnues travailleur handicapé. A-t-elle une mission handicap par exemple ? Ou une politique RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) ou Diversité?

Avant l’entretien, identifiez bien l’(les) interlocuteur(s) que vous allez rencontrer : référent handicap ou recruteur « classique ». Vous aurez peut-être besoin d’adapter votre discours en fonction de ceux-ci. Le chargé de mission/référent handicap sera à l’aise et abordera la question du handicap sans difficulté particulière, vous pouvez donc le laisser venir sur la question.

Un recruteur moins à l’aise sur le sujet pourra avoir besoin d’être rassuré sur votre situation et vos restrictions.

Comment aborder le sujet :

Dans tous les cas, restez factuel, parlez simplement des compétences que vous avez développées pour compenser votre handicap (ex : j’ai fait preuve de ténacité pour surmonter les difficultés, j’ai développé l’esprit d’équipe,…) ou des aménagements de poste dont vous pourriez avoir besoin mais jamais sous un angle négatif (par exemple ne dites pas : « je ne peux pas rester plus de 2 heures debout d’affilé » mais plutôt « je peux rester 2 heures debout sans difficulté »…). Ne rentrez pas dans les détails de votre pathologie ou des soins qu’elle a nécessité par exemple.

Le handicap ne doit pas être l’élément central de votre entretien, il doit être abordé sous l’angle des restrictions et des besoins éventuels d’aménagement de poste.

Par contre vous pouvez donner les raisons qui ont amené un avis d’inaptitude sur votre poste (je ne pouvais pas suivre mes soins en raison des amplitudes horaires du poste, une aide au levage pour le port de charges lourdes n’a pu être mise en place, je travaillais seul sur un poste qui ne peut être doublé,…)

Quand aborder le sujet :

2 cas de figure se présentent :

  • votre handicap est visible et/ou lourd:

Prévenez l’entreprise dès l’entretien téléphonique afin qu’elle puisse vous accueillir dans des conditions optimales (pas dans un bureau au 4ème étage sans ascenseur si vous avez des difficultés à vous déplacer, ou en entretien collectif si vous avez une déficience auditive,…)

  • votre handicap est invisible ou léger :

Il n’est pas indispensable de l’aborder lors de l’entretien téléphonique sauf si le recruteur vous pose des questions sur le sujet.

Vous pouvez l’aborder à différents moments de l’entretien : pour expliquer l’éventuel trou dans votre CV, par exemple, ou lors de votre licenciement pour inaptitude… Sinon attendez plutôt la fin de l’entretien pour en parler (pas à la dernière minute non plus, surtout si vous avez des besoins en terme d’aménagements de poste…).

Dans tous les cas n’hésitez pas à apporter des solutions à l’entreprise : soyez force de propositions. Le recruteur sera rassuré s’il sent que vous avez étudié sérieusement la question et vous êtes déjà renseignés ou connaissez les possibilités existantes.

N’oubliez pas : si au final vous êtes recruté, ce sera avant tout parce que votre profil répond aux attentes du poste, d’où l’importance de savoir mettre en avant vos atouts en rapport avec la description du poste (en termes de savoir-faire mais aussi de savoir-être…).

Haut de page